Des subventions jugées inéquitables par deux refuges pour femmes itinérantes

chainon_3

Deux refuges montréalais accueillant des femmes itinérantes jugent trop faible le financement public qu’ils obtiennent en se comparant à d’autres organismes du même type dans la métropole.

À eux seuls, le Pavillon Patricia Mackenzie et le Chaînon cumulaient 133 lits, soit 17% des lits disponibles dans les refuges montréalais en 2016. Pourtant, ils n’ont touché que 4% des subventions publiques attribuées aux organismes qui hébergent des itinérants, hommes ou femmes confondus.

S'abonner à notre infolettre