Déjeuner des hommes pour l’élimination des violences envers les femmes Première édition

Montréal, le vendredi 27 novembre 2015 – La Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF) a innové ce matin en organisant un Déjeuner des hommes pour l’élimination des violences envers les femmes, une première au Québec. 

Un rendez-vous annuel… 

Rassemblant des acteurs que l’on entend généralement peu sur le sujet et décloisonnant cette problématique malheureusement internationale et touchant tous les milieux de la société, le Déjeuner des hommes a pour objectif d’initier un mouvement indispensable dans le dialogue sur les violences envers les femmes. « Le vrai changement adviendra lorsque les hommes s’empareront de la question », estime Manon Monastesse, directrice de la FMHF. « Nous souhaitons donc que cette première soit un moment charnière de la lutte contre les violences envers les femmes au Québec. »

…concernant une réalité alarmante

En effet, malgré des avancées significatives, beaucoup de travail reste à faire pour que l’égalité de droit stipulée dans les textes devienne l’égalité de fait tant attendue par les femmes. Ces dernières représentent encore près de 85% des victimes de violence conjugale et plus de 95% des victimes de traite à des fins d’exploitation sexuelle.

Au Canada, seules 22% des victimes de violence conjugale et 10% des victimes d’agressions sexuelles portent officiellement plainte. Selon l’OMS, une femme sur trois vivra de la violence physique ou sexuelle au cours de sa vie, trois fois plus si elle est autochtone ou handicapée. Chaque année dans le monde, les coups, agressions sexuelles, excisions et autres violences non mortelles infligées aux femmes coûteraient plus de 4 400 milliards de dollars (soit 5,2% du PIB mondial), dont la quasi-totalité serait infligée par leurs conjoints.

Pour apporter des solutions durables à cette grave réalité, l’implication des hommes dans la lutte contre les violences envers les femmes et les enfants est plus que nécessaire, sans quoi le combat est perdu d’avance. « Il est impératif que les hommes fassent entendre leur voix pour faire partie de la solution », remarque Manon Monastesse. « Ils ont des choses à dire, on aimerait les entendre. »

Un déjeuner pour donner la parole aux hommes

Cet événement, qui s’inscrit dans le cadre des 12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes, a pris la forme d’une conversation conviviale, entre hommes, portant sur les enjeux des violences envers les femmes et les enfants et de l’égalité entre les femmes et les hommes. Le panel était composé de Luc Ferrandez, maire de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal, de François Larsen, directeur de la recherche, de l’éducation-coopération et des communications à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, de Simon Lapierre, professeur et chercheur sur les enfants exposés à la violence à l’Université d’Ottawa, de Daniel Romano, avocat, et de Dominic Monchamp, lieutenant-détective à la section des crimes majeurs (traite et proxénétisme) du Service de police de la ville de Montréal. Luc Boulanger, journaliste à la Presse, a assuré l’animation.

L’auditoire était formé d’une trentaine d’hommes d’influence issus de différents domaines : des sportifs, des policiers, des journalistes, des artistes, des entrepreneurs, etc. Étaient notamment présents : Ross Goodwin, juge retraité de la Cour supérieure du Québec, Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Victor De Moura, gendarme à la GRC, Jacques Létourneau, président de la CSN, ainsi que Martin Bédard et Boris Bede, joueurs aux Alouettes de Montréal. À noter que l’événement fut web-diffusé en direct, et peut être visionné sur le site de la FMHF (fede.qc.ca).

La directrice ajoute : « Nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous le 29 novembre 2016 pour la deuxième édition. Soyez des nôtres l’année prochaine Messieurs ! » 

 

– 30 –

Cet événement a été rendu possible par le soutien financier du secrétariat à la condition féminine du Québec.

Les 12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes S’inscrivant dans une campagne internationale des 16 jours d’action, les 12 jours d’action se déroulent partout au Québec du 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, au 6 décembre, Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes.

Source et info :

Marie-Hélène Senay 
Responsable des communications et de l’analyse politique
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes
+1 (514) 878-9757, poste 224
Cell. : 438 929-2201
mhsenay@fede.qc.ca

S'abonner à notre infolettre