Statistiques sur la criminalité au Québec en 2014

sq

Criminalité au Québec : principales tendances 2014

  • Avec un taux global de criminalité de 3 423 infractions par 100 000 habitants en 2014, le Québec enregistre un recul de 9,8 % du taux de criminalité par rapport à 2013. Il s’agit du plus bas taux enregistré depuis 1979, soit l’année à laquelle le Québec a commencé à compiler les données sur la criminalité.
  • L’indice global de gravité de la criminalité est en baisse constante depuis près d’une décennie, affichant une diminution de 37,3 % par rapport au seuil de 2006.
  • Pour la même période, l’indice de gravité des crimes violents a reculé de 30,1 %. Ce recul est attribuable à la baisse de 36,5 % du nombre de vols qualifiés par rapport à 2006.
  • La diminution de l’indice de gravité des crimes sans violence (-40,7 %) s’explique par la baisse des infractions contre la propriété. Cette grande catégorie affiche un recul de 44,7 % du taux d’infractions et atteint un seuil historique avec 2 075 infractions par 100 000 habitants. Cette baisse s’explique par la diminution des taux d’introductions par effraction et des différentes catégories de vols.
  • Le taux d’infractions contre la personne diminue constamment depuis une décennie, soit de 14,2 % depuis 2005. En 2014, cela représente 2 344 infractions de moins que l’année précédente.
  • Parmi les infractions contre la personne, la catégorie des autres infractions d’ordre sexuel, comprenant notamment le leurre d’un enfant au moyen d’un ordinateur, est la seule à afficher une hausse substantielle de 6,2 % par rapport à l’année précédente. Ce type de délit augmente depuis 2008.
  • La catégorie des autres infractions au Code criminel a diminué de 17,9 % par rapport à 2013. Cette catégorie comprend notamment sept nouvelles infractions relatives au terrorisme qui sont entrées en vigueur en 2013, à la suite de l’adoption du projet de loi S-7.
  • En 2014, le taux d’infractions liées à la prostitution a chuté de 46,7 % par rapport à l’année précédente.

Infractions contre la personne commises dans un contexte conjugal au Québec : Faits saillants 2014

  • En 2014, les services de police du Québec ont enregistré 18 746 infractions contre la personne commises dans un contexte conjugal. Il s’agit d’une seconde année où la baisse du taux de ce type d’infractions est observée après la hausse connue entre 2008 et 2012.
  • Plus de la moitié de ces infractions concerne des voies de fait de niveau 1 (10 588). Dans une moindre mesure, nous trouvons les voies de fait de niveau 2 (2 267), les menaces (2 262) et le harcèlement criminel (2 146).
  • Parmi les crimes les plus graves, notons les homicides (11), les tentatives de meurtre (30) ainsi que les voies de fait de niveau 3 (57).
  • Les femmes sont les principales victimes (78,5 %). Par rapport aux enlèvements et aux homicides, elles représentent 100 % des victimes. Dans des proportions tout aussi considérables, elles sont victimes de séquestration (97,8 %), d’agressions sexuelles (97,2 %), de harcèlement criminel (86 %), de voies de fait graves (82,5 %) et d’intimidation (82,4 %).
  • Plus du cinquième des victimes a entre 18 et 24 ans (21,5 %) et plus du quart entre 30 et 39 ans (30,4 %). Ce pourcentage tend toutefois à diminuer dans les groupes plus âgés.
  • Dans 47,1 % des cas, les auteurs présumés sont les conjoints ou conjointes des victimes, tandis que 33,9 % sont les ex-conjoints ou ex-conjointes et 19 % sont les amis ou amies intimes.
  • Lors de l’infraction, 41,4 % des victimes ont été blessées, 89,7 % ont subi des blessures physiques légères tandis que 2,4 % ont souffert de lésions beaucoup plus sévères.

Homicides familiaux en 2014

  • En 2014, les services de police du Québec ont enregistré 19 homicides familiaux au Québec, soit une diminution de 9,5 % par rapport à 2013. Le taux global des homicides a, quant à lui, chuté de 39,7 %
  • De 2005 à 2014, 44 enfants (16,4 %) âgés de moins de 12 ans ont été tués par un membre de la famille, faisant d’eux les principales victimes d’homicides familiaux.
  • Les hommes représentent 90,9 % (10) des auteurs présumés qui ont porté atteinte à la vie d’un membre de leur famille.
  • En 2014, la moyenne d’âge des auteurs présumés se situe à 36,4 ans.
  • Près de 3 victimes d’homicides familiaux sur 7 (43,5 %) sont décédées sous la lame d’un couteau ou d’un objet tranchant ou pointu et 18,2 % des victimes ont été tuées par leur auteur présumé à l’aide d’une arme à feu en 2014.
  • Au cours des 10 dernières années, 159 homicides familiaux ont été classés. Soulignons également que 37 dossiers ont été fermés à la suite du suicide de l’auteur présumé et que 3 l’ont été à la suite du décès du suspect.

Source: Sécurité publique Québec

S'abonner à notre infolettre