Meurtre de Chantal Demers : Maison du Cœur interrogée

maison_du_coeur

Voir le reportage télévisé et lire l’article de Radio-Canada

« Il m’a fait subir l’esclavage, il m’a fait subir la torture, il m’a fait subir des agressions sexuelles. Plus il me frappait, plus il me faisait mal, plus il était heureux. »

C’est en ces termes qu’une ex-conjointe de Victor Poirier racontait en 2005 les sévices subis pendant plusieurs mois par l’homme qui serait le dernier à avoir vu Chantal Demers vivante à Québec, la semaine dernière.

L’homme subissait alors un procès pour agressions sexuelles, voies de fait causant des lésions et menaces de mort au palais de justice de Trois-Rivières. Sa victime, Sylvie Poulin, avait témoigné à visage découvert devant les médias, disant avoir été l’esclave sexuelle de Victor Poirier.

« Je ne pouvais pas fuir. Il était là tout le temps. J’étais séquestrée. J’ai été séquestrée un an de temps », avait-elle relaté.

Au terme de ce procès, en janvier 2006, Victor Poirier a été condamné à cinq ans de pénitencier.

L’homme violent a aussi été inscrit au Registre national des délinquants sexuels pour une période de 20 ans. Il avait également dû fournir une preuve d’ADN.

Victor Poirier n’en était pas à ses premiers démêlés judiciaires. L’homme de 47 ans a fait face à la justice dans une cinquantaine de dossiers criminels en différentes matières, dont voies de fait, extorsion, vols et infractions relatives aux stupéfiants dans différentes villes, dont Montréal, Trois-Rivières, Québec et Granby.

Victor Poirier a été arrêté vendredi soir dernier dans le rang Saint-Mathias à Saint-Raymond de Portneuf, à la suite de la disparition de Chantal Demers, une femme de 46 ans qu’il fréquentait depuis quelques semaines.

Il a été accusé de voies de fait causant des lésions sur Chantal Demers et de non-respect d’engagement dans une autre affaire.

Lire aussi : Victor Poirier : un risque élevé de violence envers une partenaire

 

Violence conjugale: Reconnaître les signes 

Une blogueuse de la division du Maghreb du Huffington Post nomme certains signes pour reconnaître un conjoint violent et des statistiques rarement publicisées. Elle mentionne, entre autre,qu’une forte majorité des homicides conjugaux sont commis par de jeunes hommes contre de jeunes femmes âgées de 15 à 34 ans et que les femmes autochtones, pauvres ou handicapées sont encore plus à risque que les autres.

S'abonner à notre infolettre