Austérité et éloignement, un cercle vicieux pour les femmes de la Gaspésie

gisele

Les femmes sont-elles victimes des mesures d’austérité? Chose certaine, dans les régions éloignées, de nombreuses femmes se disent prises au dépourvu. Les organismes qui leur viennent en aide soutiennent que leurs services sont de plus en plus sollicités. Arrêt en Gaspésie.

 Gisèle Bernard a été accueillie à la Maison L’Aid’Elle, à Gaspé, après avoir été victime de violence familiale. Elle attend depuis cinq mois une consultation avec un psychologue.

Le centre qui l’héberge constate que ses résidentes mettent de plus en plus de temps à obtenir des services de santé. Les délais judiciaires pour les femmes qui choisissent de poursuivre leur ex-mari se sont aussi étirés.

« Ce que je trouve déplorable, affirme Brigitte Bergeron, c’est qu’il y a tellement de gens qui sont dépressifs comme moi et qui essaient d’avoir de l’aide […] et qui n’en sont pas capables parce qu’ils n’en ont pas les moyens. »

S'abonner à notre infolettre