Des partisans de l’enregistrement des armes à feu plaident leur cause à Québec

arme

Des policiers, des victimes du massacre de la Polytechnique et des intervenants sociaux dans les domaines de la violence conjugale, du suicide se sont rassemblés à Québec, mardi, pour témoigner de leur « appui indéfectible » au projet de loi sur l’immatriculation des armes à feu. Le projet de loi 64 prévoit que toute arme à feu « à autorisation non restreinte » doit obligatoirement être immatriculée et se voir attribuer un numéro unique par le gouvernement. Il sera examiné par la Commission des institutions à compter de la semaine prochaine.